LA BÊTE

"Quel est le personnage monstrueux qui te faisait peur quand tu étais enfant?"

Si elle peut prendre de multiples formes, la figure de la bête est souvent perçue comme un être à caractères animalistiques, qui se différencie de l’homme.

Dans la tradition orale des contes et des mythes, les bêtes peuvent aussi être assimilés à des monstres, des créatures sous l’emprise de leurs instincts ou habités par la méchanceté. On retrouve des bêtes emblématiques comme les Dragons
ou les Vampires mais aussi des personnages de différents imaginaires comme le

Yaracuna de l’Amazonie ou le Drac Occitan.

Cependant, la bête peut aussi être quelque chose qui habite l’Homme, qui fait partie de lui. Une partie avec laquelle il doit apprendre à vivre. Les lycanthropes ou Loups garous sont un exemple de cette condition où l’humain s’oublie pour laisser place à une créature sauvage, destructrice. Ils sont un pont entre l’humain et l’animal.

Un autre exemple qui fait allusion à la présence d’une bête intérieure est celui de l’Étrange cas du docteur Jekyll et Mr Hyde,​ où l’homme bienveillant est aussi habité par une deuxième personne, celle-ci méchante et sauvage. La double-personnalité du personnage montre l’ambiguïté de la nature humaine où le bon et le mauvais cohabitent en permanence.